Référencementbien referencer son article de blog

J’ai toujours été un fan de blogs. Et ma préférence a toujours été au long contenu.

Pourquoi ?

Car les longs articles sont souvent avec plus de substance, de contenu intéressant. Un peu comme lorsque l’on ouvre sa grosse encyclopédie : on sait qu’il y aura les informations que l’on recherche là-dedans.

Et pour le référencement ?

Les vieux jours où publier par-ci par-là des articles de 500 mots et espérer se positionner sur des mots-clés long-tail sont bien morts.

Non seulement les moteurs de recherche privilégient les contenus longs, mais ils aident aussi à maintenir votre lecteur engagé plus longtemps, ce qui a pour effet d’amener plus de partages sociaux, plus de liens, et plus de conversions. En gros, les contenus longs vous aident à gagner plus d’argent : la longueur moyenne des résultats de la première page sur Google était de 1 890 mots en 2016 (Source : Backlinko).

Certaines personnes ont compris ce concept, mais nombreuses sont encore celles qui n’obtiennent pas les résultats attendus par une implémentation défectueuse. En effet, c’est plus compliqué que de simplement juxtaposer 2000 mots avec un minimum de sens, ou de broder pour ne rien dire.

Pourtant la recette reste assez simple. Voici une checklist de 20 éléments clés à avoir en tête lors de l’écriture de votre prochain (long) article de blog.

Assez discuté… vérifiez ces éléments pour améliorer votre référencement maintenant

 

1.     Un titre attrayant

Les titres de pages sont lus par Google, au même titre que le contenu de votre article. Un titre qui contient votre mot-clé aidera donc Google à identifier de quel sujet parle votre article. Attention toutefois à ne pas vouloir rendre votre titre ressemblant à du « spam » à vouloir caser votre mot-clé à tout prix : placer le de manière naturelle. Si cela n’est possible, essayez avec une variation ! (et vous aurez peut-être du trafic organique supplémentaire en bonus !)

Votre titre de page doit aussi donner envie aux potentiels visiteurs de cliquer sur votre résultat de recherches. N’oubliez pas : votre page, même en première page, apparaîtra au milieu d’une dizaine d’autres pages sur le sujet, et de potentiels publicités. Même si certaines personnes cliqueront toujours sur les premiers résultats sans plus de réflexion, la plupart baseront leur choix sur plusieurs facteurs, dont bien évidemment le titre. Soyez créatifs et mettez-vous à la place de votre utilisateur lambda : à quoi ne pourra-t-il pas résister ? Construisez ensuite votre titre autour de cela.

2.     Un contenu délivré rapidement

Votre utilisateur a maintenant cliqué sur votre résultat de recherche, sa curiosité piquée par votre titre ingénieux.

La page charge… longtemps. Trop longtemps.

Il clique sur le bouton « retour » et ouvre le site suivant. Ce scénario vous semble familier ?

La vitesse est un élément critique de votre site. Si vous publiez de longs articles de 2000 à 5000 mots, contenant plusieurs images et autres médias, et que votre site est lent comme un escargot, c’est pas bon !

Vous devez être sûr d’avoir mis en place tout ce qui est possible pour réduire le temps de chargement de votre page. Non seulement cela impacte votre référencement, mais surtout de nos jours personne n’attend plus de quelques secondes pour le chargement des sites webs. Voici quelques options à considérer si ce n’est déjà fait :

  • Mettre en place un système de cache: La mise en cache correspond au fait de garder de côté du contenu que vous vous attendez à réutiliser. Si vous avez un site ou un blog sous WordPress, cela se fait très facilement à l’aide de plugins dédiés tels que WPSuperCache ou WPRocket.
  • Utiliser un serveur dédié : Les hébergements partagés peuvent sembler pas chers, mais vous finissez par payer cher cette piètre performance. Vous êtes placés sur le même serveur que des centaines d’autres sites. Si un de ces sites est attaqué, vous êtes aussi touchés. Un serveur dédié signifie que vous avez toutes les ressources du serveur pour votre propre utilisation. Plus de problèmes à cause des autres sites !
  • Utiliser un CDN : Un Content Delivery Network (CDN) est un réseau de serveurs répartis tout autour du globe afin de délivrer votre contenu du serveur le plus proche de l’utilisateur. Ainsi, un visiteur des Etats-Unis sera servi par un serveur américain et un visiteur français par un serveur français. Si cela n’était pas mis en place, l’un des deux aurait dû faire traverser l’Atlantique aux données de votre site web !
  • Tester votre site : GTMetrix est un outil gratuit qui vous permettra de déterminer les autres facteurs de ralentissement de votre site, très efficace !

 

vitesse chargement meme

Vous devriez viser une vitesse de chargement de moins de 2 secondes

 

3.     Une bonne recherche de mots clés

Le contenu a 2 objectifs. Premièrement, il donne à vos utilisateurs quelque chose à consommer, et s’il est de bonne qualité, peut les convaincre de travailler avec vous. Il peut en effet aider à éliminer certaines barrières d’entrée récurrentes que vos clients peuvent avoir avant de faire un achat, ainsi que démontrer votre sérieux et votre savoir-faire dans le domaine.

De plus, il peut vous aider à attirer du trafic organique depuis les résultats de recherche. C’est ce pourquoi vous êtes là non ? 😉

Mais pour attirer le bon type de trafic, vous devez cibler les bons mots clés, et cela passe par avoir fait une bonne recherche au préalable. Si vous ciblez uniquement des mots clés à grands volumes de recherches, non seulement vous allez avoir du pain sur la planche pour vous positionner sur tout ça, mais les nombreux visiteurs potentiels ne seront pas convertis en client car ils ne cherchaient que de l’information.

Il y a une grande différence entre quelqu’un qui cherche des images de belle voiture, et quelqu’un qui recherche activement à acheter une voiture. 10 visiteurs qui cherchent à acheter une voiture sont bien plus rentables que 1 000 visiteurs cherchant juste de l’information ou des images.

 

4.     Des mots clés longue traine/LSI avec « intention d’achat »

Cela a déjà été mentionné au point précèdent, mais je me dois de pousser la chose un peu plus en profondeur car il est vraiment important. Ce dont je veux parler, ce sont des mots clés que vous devriez pouvoir trouver à l’aide de votre connaissance de votre industrie et du produit/service que vous vendez.

Vous n’allez pas chercher ces mots clés à l’aide d’outil tel que Google Keyword Planner. Ne vous concentrez pas sur le volume de recherche, car ces mots-clés vont vous amener des ventes. Imaginez que vous arrivez à construire une liste de 100 mots clés à intention d’achat. Même avec 10 recherches par mois (même pas une par jour !), cette stratégie vous apporterait plus de 1 000 acheteurs chaque mois ! Et ces mots clés à très faible volume seront aussi beaucoup plus facile à se positionner, donc avec très peu d’efforts de référencement vous pouvez rapidement augmenter vos ventes et créer un flot continu de trafic mensuel.

Pour vous positionner sur ce type de mots-clés, une bonne optimisation on-site/on-page est suffisant.

buyer intent meme

5.     Cibler rapidement le sujet

Le début de votre article influence comment Google interprète le sujet de votre page. De fait, il donc important d’inclure votre mot-clé principal dès le début de votre article, mais d’une manière naturelle. J’aime aussi placer une variation LSI (lié sémantiquement au même domaine) très proche, car cela « prévient Google » du mot clé sur lequel vous voulez vous positionner.

Lorsque vous faîtes cela, c’est juste un début. Vous devez avoir une connaissance solide du référencement technique, de l’autorité et une optimisation on-site quasi parfaite pour vraiment profiter du potentiel de cette technique. De nombreuses personnes pensent à tort pouvoir faire une ou deux choses correctement, et espérer se classer sur Google. Cela ne marche juste pas comme ça, il faut être bon partout. Chaque ingrédient de la liste contribue à sa manière à votre classement. Comme un bon gâteau, vous ne pouvez pas prendre un ingrédient sur 2 de la liste et espérer y arriver ! C’est pareil pour le référencement.

6.     Des headings structurés et efficaces

Vous devez faire attention d’inclure votre mot clé ciblé dans vos balises H2 et H3. Faîtes tout de même attention d’écrire des titres pertinents et qui introduisent le contenu juste après. De mauvais titres peuvent vraiment ruiner du bon contenu, tout simplement car il s’agit du texte que va lire en premier l’utilisateur lorsqu’il va « scanner » de l’œil la page pour voir si elle vaut la peine d’être lue.

Vous n’avez pas besoin de l’inclure dès le début, donc concentrez-vous sur des titres grammaticalement corrects et qui font sens dans l’article, et incluez les mots clés naturellement. C’est une bonne opportunité de placer des mots clés LSI, vous aidant à attirer encore plus de trafic.

Vous avez besoin d’inclure votre mot-clé principal dans un H2 ou H3 une seule fois par post, donc évitez la répétition. Ce que vous devez faire en revanche, est d’inclure des mots-clés LSI ou longue traine dans les autres H2/H3. Juste parce que vous ciblez un seul mot-clé par page ne signifie pas que vous n’allez pas attirer du trafic de toutes ses variations.

7.     Des meta-description avec le CTR à l’esprit

Le Click-Through Rate (CTR), correspond au % d’utilisateurs cliquant sur votre résultat de recherche lorsqu’il leur est présenté. Et bien que les meta-description n’ont absolument aucun impact sur votre référencement, en termes de relation directe avec l’algorithme de Google, attirer des clics (augmenter votre CTR), ça joue énormément !

Une description attractive de votre page, qui donne envie de cliquer dessus lorsqu’elle apparait dans Google vous aide donc à vous positionner indirectement à travers le CTR.

Lorsque Google voit qu’une page reçoit beaucoup plus de clics que la normale pour sa position actuelle, cela signifie pour lui que cette page est sûrement plus pertinente pour l’utilisateur (vu que celui-ci clique dessus à la place des autres) que ce qu’il pensait au début, et donc remonte la page dans les résultats de recherche. Aux yeux de Google, le but est de montrer à l’utilisateur les pages les plus pertinentes, gardez ça en tête.

8.     Extraits enrichis/Schema markup

Vous pensez être la seule personne à écrire des contenus longs correctement optimisés et qui apportent de la valeur ? Mon œil ! Selon votre industrie, il peut y avoir des centaines voir des milliers d’articles postés chaque jour. Le contenu est une part très compétitive du marketing. Vous devez prendre toutes les mesures nécessaires pour avoir un avantage compétitif, c’est pourquoi j’ai écrit cet article.

Une manière d’attirer l’œil des utilisateurs sur votre résultat de recherche est d’utiliser les extraits enrichis (Schema markup) dans vos articles de blogs. De nombreuses personnes vont juste l’utiliser sur les pages produits, satisfaits de leurs petites étoiles.

Mais ce qu’elles ne savent pas c’est que vous pouvez inclure le Schema markup sur toutes vos pages, et que cette syntaxe ne se réduit pas uniquement aux petites étoiles ! Non seulement cela aide à vous référencer en augmentant votre CTR, mais cela aide aussi Google à savoir de quoi parle votre contenu. Et plus Google vous comprend et plus vous lui facilitez la tâche, plus il vous aime et vous place haut, logique non ?

 

schema_markup_meme

Le schema markup… c’est pas que les petites étoiles !

 

9.     Optimiser vos adresses pour le SEO

Dans la continuité du point précédent, une adresse optimisée SEO sera beaucoup plus facile à lire pour Google. Si il passe sur votre page avec une URL du type « /03-04-2018-dqsdqskqskdqmdklqk?id=87878 », cela n’aide pas vraiment Google à comprendre de quoi parle votre page.

Par contre, si votre adresse ressemble à « /blog/comment-vendre-efficacement », il n’y aucune question à se poser sur le contenu de la page. Google sait, juste avec le titre, que la page parle de la vente.

De plus cette stratégie rend aussi votre contenu plus attrayant dans les résultats de recherche. Lorsque les utilisateurs « scannent » des yeux les adresses des résultats de recherche, il y a fort à parier qu’il préfèrera cliquer sur le deuxième exemple d’adresse que sur le premier. Plus de clics vous aide à monter dans le classement, et si vous êtes dans le bas de la page, ce détail tout bête peut vous aider à grapiller la place juste au-dessus de vous.

10.  Un réseau d’influenceurs prêts à partager votre contenu

Un des moyens le plus rapide de construire l’autorité de votre site web, votre trafic et votre succès, est d’avoir des influenceurs qui partagent votre contenu. Vous pouvez les payer pour le faire, ou prendre le temps de construire des relations dans votre industrie.

Si vous commencez, j’aurai tendance à suggérer un mix des 2. Construire des relations prend du temps, vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu’un grand influenceur commence à automatiquement partager votre contenu à son audience du jour au lendemain. Pour des résultats immédiats, proposez de les payer.

Cela peut combler votre manque temporaire de trafic et de résultats, en attendant que les autres stratégies fassent leur preuve.

Plutôt que de juste offrir de l’argent, vous pouvez aussi offrir n’importe quoi qui a de la valeur dont vous disposez. Un parrainage, un produit ou un service … soyez créatifs ! Construire des relations dans votre industrie vous aidera de bien des manières différentes du référencement.

11.  Des liens sortants vers des sites renommés

Pointer des liens vers des sites renommés vous aide de 2 manières. Cela montre à Google que vous êtes liés d’une façon ou d’une autre à des sources d’autorité, et donc que votre contenu relève de la même qualité, et cela apporte à vos lecteurs des informations supplémentaires.

Lorsque vous pointez vers un site extérieur, faîtes bien attention à ce que le lien ouvre une nouvelle fenêtre. Ne pas le faire peut facilement ruiner votre bounce rate/time on site, et donc votre référencement, en faisant quitter votre site à votre utilisateur de manière prématurée.

Cela ne signifie pas non plus qu’il vous faut pointer vers des concurrents qui offrent le même service que vous : ce serait leur offrir des liens sur un plateau d’argent. Les sites renommés dont je parle sont plutôt du type Wikipédia, des sites d’actualités etc…

12.  Variations de mots-clés LSI

Latent semantic indexing (LSI) fait référence aux mots-clés similaires à votre mot-clé principal, sémantiquement parlant. Vous devez inclure ces mots-clés dans chacun de vos contenus, car cela aide à attirer du trafic organique sans avoir à créer des pages supplémentaires ou du contenu sur des sujets liés.

Cela est bien plus efficace de publier un seul long article contenant différents mots clés LSI tout du long, que publier différents petits articles pour chaque terme.

En incluant de nombreux mots-clés LSI, cela montre à Google que votre contenu est pertinent à différents mots-clés dans une autre recherche ou niche. Cela vous aide à vous référencer sur une grande variété de termes.

13.  Un linking interne efficace

Lorsque vous écrivez de longs articles, vous aurez plein d’opportunités de faire référence à d’autres articles de votre site, ce qui correspond à du linking interne. Cela apporte de nombreux bénéfices pour le référencement de « recycler » du contenu à travers vos pages. Cela vous aide à diffuser le jus que peut recevoir un article et pousse l’ensemble de votre contenu dans le classement.

Si vous avez par exemple un super article qui a été mentionné par un site avec une forte autorité, les articles pointés par les liens internes de cet article seront aussi boostés.

Cela aide aussi à la rétention de vos utilisateurs, leur donnant des facilités d’accès à d’autres contenus qui pourraient les intéresser. Le plus longtemps les utilisateurs restent sur votre site et au plus ils visitent de pages, plus grande est la chance de les convertir en clients et le bénéfice pour le référencement.

 

linking_interne_meme

Et bill est au-dessus de vous. Ragez pas, fallait m’écouter…

 

14. Inclure votre mot-clé principal dans le corps de l’article

Cela peut sembler bête, mais lorsque vous écrivez de longs articles, il peut être facile d’oublier le mot-clé principal de l’article au profit des LSI et aux autres long-tail, et finir par ne pas le mentionner du tout.

A une époque, il y avait un terme qui dominait la création de contenu : la « densité de mot-clé ». Cela faisait référence à la fréquence d’apparition de votre mot-clé principal dans votre contenu. A ce moment, 5 à 7% n’était pas anormal. Cela signifie, que pour chaque morceau de 100 mots, votre mot-clé apparaissait 5 à 7 fois !

Aujourd’hui, cela serait pénalisé très vite. Quand je parle de contenu long, je fais référence à des articles +2000 mots. Pour ce type d’articles, j’inclurais mon mot-clé principal pas plus de 4 ou 5 fois. Selon l’ancienne méthode, cela reviendrait à une densité de mots-clés de 0.20 à 0.25%, ce qui est bien loin de l’ancien standard d’écriture.

De plus, ne le faîte que si cela ne se fait de manière naturelle. Ne ruinez pas la qualité de votre contenu en voulant inclure à tout prix votre mot-clé ici et là.

15. Une police de caractères « mobile-friendly »

Ce point ne concerne pas directement votre contenu mais plutôt votre CMS et les polices de caractères intégrées dedans. De nombreux thèmes pré-fait vous permettent de sélectionner votre police de caractères depuis différents packages, mais les thèmes personnalisés n’auront généralement qu’une seule police installée.

Vous devez vous assurer que ces polices de caractères soient faciles à lire, y compris pour le mobile.

Ce que vous pensez être joli peut devenir un véritable cauchemar à lire sur un appareil mobile, gâchant complétement l’expérience utilisateur. Cela vaut pour la police de texte, mais aussi des titres, certaines polices pour les H2 sont tellement grosses qu’elles sont impossibles à lire sur un écran de petite taille.

Lorsque vous offrez une expérience utilisateur aussi pauvre, vous non seulement perdez l’occasion d’une conversion immédiate, mais vous éliminez aussi la possibilité que l’utilisateur revienne plus tard pour une conversion retardée.

 

target mobile meme

Les mobiles représentent la majorité du marché, ne les négligez pas !

 

16. Ecrire avec votre objectif en tête

Lorsque vous (ou votre rédacteur) créez du contenu, vous devez avoir des objectifs précis en tête. Etes-vous en train de convaincre le lecteur pour un achat après avoir fini votre article ? Si oui, vous devez écrire votre article de manière à engager votre audience, pas à pas, et s’ils atteignent la fin de l’article ils doivent être assez éduqués et convaincus pour franchir l’étape de l’achat.

Si votre objectif est de collecter des emails, alors donnez tellement d’informations intéressantes dans votre article que vos lecteurs en voudront encore plus. Ensuite, positionnez simplement un formulaire opt-in pour récupérer leur e-mail en promettant qu’encore plus de contenu leur sera envoyé.

En bref, n’écrivez pas des articles justes pour dire d’avoir écrit des articles. Ayez toujours un objectif précis avant de vous mettre au clavier.

17. Stratégie de promotion (payante) sur les réseaux sociaux

Vous pouvez écrire des articles toute la journée, mais tant que vous êtes les seuls à les lire, vous ne verrez pas de résultats. Si votre site possède déjà une certaine autorité, alors votre contenu va commencer à attirer du trafic si tous les autres points concernant le référencement mentionnés ici sont au point.

En revanche, si votre site est tout et que vos articles ne sont pas indexés rapidement, vous allez devoir utiliser les réseaux sociaux pour lancer tout ça.

Vous devriez dépenser au moins une centaine d’euros en publicité Facebook pour chaque long article de blog que vous publiez.

Publier sur votre profil est bien, et doit être fait, la publicité permettra de mettre en avant votre contenu sur une nouvelle audience qui ne vous connait pas nécessairement.

Un investissement au départ, mais qui s’avère rentable une fois la machine lancée : la publicité vous rapportera des partages (viralité), du trafic, des liens et des conversions !

18. Des icônes de partage accessibles

Lorsque des visiteurs partagent votre article, c’est de la publicité gratuite. Du trafic gratuit. Des clients gratuits. Bref, tout ce que vous pouvez rêver, et plus encore ! Cela me choque de voir comment certains blogs encore aujourd’hui rendent cette tâche difficile pour l’utilisateur.

Vous seriez surpris de voir à quel point les utilisateurs partagent du contenu sans que vous l’ayez demandé explicitement. Si vous apportez de la valeur, ils la partageront avec leur communauté sur les réseaux sociaux.

Le point que j’amène ici est : rendez la chose facile. Très facile même. Mettez en avant de grosses icônes cliquables sur le côté et en dessous de votre article. Rendez les accessibles sur un ordinateur mais surtout, sur mobile !

19. Créez de la valeur, apportez des solutions et répondez aux questions

Votre contenu ne fournira jamais de résultats, qu’importe sa longueur, s’il n’apporte rien. Les entreprises intelligentes utilisent leur contenu pour éduquer leur client potentiel à propos des services ou produits qu’ils proposent. Lorsque cela est bien réalisé, cela peut éliminer les pensées limitantes à l’achat et les craintes fréquentes des consommateurs.

Si vous arrivez à éliminer ces questions avant même que ça ne vous atteigne, vos visiteurs auront une plus grande chance de devenir client que de partir.

Demandez-vous, « Comment puis-je aider mes clients dans leur décision d’achat tant qu’ils sont sur mon site ? ». Une fois que vous avez la réponse à cela, construisez votre stratégie en conséquence et regardez votre activité prendre son envol.

20.  Recycler votre vieux contenu

Vous allez dépenser beaucoup de temps et d’argent sur le contenu. Les longs articles demandent de l’organisation, donc il vous faudra abandonner la mentalité « c’est fait on en parle plus ». Vous ne pouvez pas vous permettre de promouvoir votre article juste une fois.

Cela serait du gâchis, vous avez fait le plus dur !

Utilisez un outil de planification pour les réseaux sociaux et à chaque fois que vous publiez un article, planifiez un partage sur les réseaux sociaux régulièrement durant les mois qui suivent.

Non seulement cela vous aide à tirer le maximum de profit de chacun de vos articles, mais cela nourrit aussi votre fil de contenu social.

 

Conclusion

Si vous avez écrit de longs articles sans avoir de résultats auparavant, cet article était pour vous. C’est une simple checklist que tout le monde peut suivre, et vous aidera à écrire des articles plus efficaces.

N’oubliez pas, le référencement n’arrive pas du jour au lendemain, et le marketing de contenu prend encore plus de temps. Lorsque j’ai commencé à publier du contenu, le trafic n’est pas arrivé d’un coup d’un seul.

Lorsque bien fait, les longs articles peuvent vraiment aider votre activité à grandir – il n’y a qu’à regarder les plus grandes entreprises.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à les poster en commentaire. Si vous avez déjà eu du succès avec les points de cet article ou avec vos articles en général, n’hésitez pas à le partager aussi, je vous lirai avec attention !

 

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires